Ça va pas mais ça va

Ça va pas mais ça va.

Ça va pas mais on fait aller on n’a pas le choix.

Ça va pas il meurt dans mes bras mon amour pas né mais je fais aller
qu’est-ce que je peux faire d’autre.

Ça va pas j’en aurai jamais plus d’amour naissant entre mes bras qui gazouille et qui câline et qui tremble un peu et qui fait Moui, ma et ma,
qu’est-ce que j’y peux.

Ça va pas je tremble de partout comme si je l’avais cet amour-là entre les bras comme si je le caressais sur mon sein je tremble comme une femme enceinte de tout l’amour du monde qu’elle peut porter dans ses bras
mais qu’est-ce que j’y peux.

Ça va pas j’allonge mon âme et toutes mes auras successives et mes arcs-en-ciel vers un point de chaleur qui s’éloigne qui bondit si loin de moi si loin que je n’en verrai plus la trace dans trois secondes que je n’en sentirai plus que l’absence dans deux et que je voudrai avoir oublié jusqu’à son existence dans une et même là l’oubli n’arrive pas
qu’est-ce que j’y peux.

Mais ça va.

Mon âme mes auras combien de temps encore aller vous essayer de vous lancer dans l’au-delà de vous, combien de temps encore allez-vous déployer votre lumière vers l’invisible
combien de temps.

Allez-y continuez s’il vous plaît je vous ai déjà libérés ne venez plus vers moi je n’ai plus de place déployez-vous dans l’univers qu’au moins une parcelle de vous rejoigne quelque chose de chaud quelque part et l’illumine

Allez, continuez.
Allez.

Mon âme ma chaleur mon amour naissant mourant profitez à d’autres je vous en prie
c’est le mieux que vous puissiez faire.

À par ça, moi, ça va.

Ça va pas mais ça va.

Moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *