Contraste

Plus ma peau plisse à l’extérieur, plus je me sens lisse à l’intérieur. Je vis un bonheur tranquille, assez constant, sur lequel je peux m’appuyer pour recevoir à peu près tout, y compris les soubresauts désagréables dont la vie nous fait cadeau quelquefois. Ce n’est visible pour personne d’autre que moi. Mais c’est là, bien là, comme la ligne horizontale dans un paysage de montagnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *