Poème triangulaire

Trois gros lapins
sur une planche
panse rougie
oreilles blanches

Trois camélias
rouge écrasé
recroquevillés
par le frimas

Trois petits sauts
dans l’inconnu
dans l’absolu
cahin caha

Trois petits pas
vers l’au-delà
je lève le doigt
et m‘y voilà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *