Apprendre

La petite Samanta, qui a maintenant 6 ans, a appris beaucoup depuis que nous la connaissons :
marcher
monter et descendre les escaliers sans se casser le cou
courir partout
être moins timide avec nous
demander ce qu’elle veut manger et ce qu’elle veut faire
exprimer son contentement quand on dit oui
faire fonctionner le iPad
ne pas trop martyriser son chien
choisir ses vêtements
dessiner des coeurs
faire le pain en me regardant
parler, d’abord sans ses RRR et maintenant avec quelques RRR de sorte que je peux la comprendre un peu
dire « por favor » et « gracias » quand elle demande et reçoit
fouiller dans le garde-manger
chanter comme une crécelle pour nous agacer
apporter des fleurs pour nous faire plaisir…

Et nous, qu’avons-nous appris pendant le temps où elle devenait un petite fille prête à aller à l’école?
quelques mots d’espagnol
la laisser fouiller dans le garde-manger
cultiver des orchidées
couper la tôle
utiliser de la noix de coco dans nos transplantations d’arbres et de fleurs
comprendre un peu Samanta quand elle parle
connaître l’humour de Maria, sa mère
attendre pour planter qu’il commence à pleuvoir
que la cruauté humaine n’a pas de limites, quand celui qui la pratique est certain d’avoir raison
que l’idée de Dieu n’est autre que celle qu’on crée à partir de son caractère et son ignorance
que les politiciens nous mentent comme si nous étions des enfants idiots et que, quelquefois, ils sont réélus quand même parce que nous sommes des idiots
qu’on ne peut pas déménager quand on veut comme on veut d’un pays, d’une maison
qu’on peut s’enraciner dans la beauté comme dans la laideur…

Chacun son âge, chacun son apprentissage.
L’enfant ne se demande pas si c’est agréable d’apprendre ; elle/il le fait parce que sa nature curieuse l’y pousse. Je suppose qu’il en est ainsi des tous les enfants qu’on nourrit suffisamment. L’adulte, lui, s’il veut continuer à avancer, doit apprendre, quelque part sur son chemin, à passer à travers l’agréable et le désagréable avec le même intérêt. Cela s’appelle, je crois, l’équanimité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *