L’autre soir

L’autre soir, mon conjoint et moi étions chez des amis. Nous avons mangé, et bien. Nous avons parlé :

– de l’hiver hâtif,

– des bouleversements climatiques et des cons qui s’entêtent à le nier, à le détourner, à en rire, et qu’ils ne seront même plus là pour en souffrir,

– de nouvelles recettes de dinde,

– de lieux où trouver de la dinde bio,

– du fait que nous mangons moins de viande rouge qu’avant,

– et que certains d’entre nous sont incapables d’imaginer retirer la viande rouge de leur menu

– des voitures électriques – il y a des bornes de recharge un peu partout – il faut s’abonner à ce réseau de bornes de recharge – il y a plusieurs réseaux etc,

– des nouveaux propriétaires d’une voiture électrique qui doivent recharger leur voiture avant de retourner chez eux et de ceux qui essaient de les aider dans cette tâche nouvelle à laquelle il faut s’adapter – autrement dit, du fait qu’on a mis chez nous une borne électrique pour rendre service aux amis qui auraient besoin de recharger leur voiture avant de s’en retourner chez eux,

– du fait qu’ingurgiter certains champignons aide le système immunitaire, et  donc à prévenir le cancer, euh, certains cancers, euh, pas tous les champignons, euh, je ne me souviens pas lesquels,

– que la révolution culturelle chinoise n’est pas exactement ce qu’on nous en a rapporté,

– du fait que ce n’est pas nécessaire de ramasser les feuilles mortes sur son terrain, vu que c’est de l’humus qui enrichit ledit gazon l’année d’après et pis on est à la campagne et les arbres qui tombent nourrissent la forêt, c’est connu, ça n’empêche pas qu’on puisse faire un peu de ménage dans sa forêt, mais pas un manucure,

– du fait qu’il y a certains propriétaires riverains qui, malgré la présence d’algues bleu-vert dans leur lac, continuent à entretenir leur gazon avec des phosphates, les imbéciles, et que c’est ma soeur qui les a juste à côté de chez elle et qu’elle s’évertue vainement à les admonester depuis au moins 15 ans, après ça on se surprend que les compagnies continuent à polluer allègrement,

– de la douceur du lieu, 

et de la liberté qu’on expérimente à la retraite quand on a eu la chance de ramasser un peu de sous.

Après ça, on a dit merci pour l’excellent souper, on s’est embrassés bien fort et on est retournés, en voiture électrique, dormir chez nous, à même pas 1 km… mais il faisait très froid.

One thought on “L’autre soir

  1. Monique dit :

    J’ai adoré lire ton expérience! Je suis contente que vous ayez une voîture électrique, que vous mangiez bien et que vous êtes de retour au Québec…malgré le froid. Je vous rappellerai à mon retour du Costa Rica (je serai partie une dixaine de jours) pour vous inviter à dîner ou souper à Boucherville, car toujours là que je vis pour le moment. Grosses bises a vous deux. Monique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.